22 Mai 2019 à 20:44:21

Nouvelles:

Aidez Ironway-Design, proposez vos idées à l'équipe pour redynamiser ID


Shoutbox

  • buffalo: javascript:void(0);
    06 Mai 2019 à 18:41:10
  • Oddie221: hello tout le monde
    08 Mars 2019 à 12:31:42
  • romain901: Bon bah je vais essayer de proposer quelque chose moi-même  ;D
    18 Février 2019 à 18:32:32
  • romain901: Si des graphistes ont du temps à occuper, je suis toujours ouvert à des propositions pour un nouveau design du site
    04 Février 2019 à 18:33:48
  • romain901: Je supprime les bots à chaque connexion mais j'ai peu de temps actuellement à cause des études :/
    04 Février 2019 à 18:32:44
  • Masa: Est ce que le forum est toujours actif ?
    03 Février 2019 à 17:11:39
  • KingMcSokar: Là par contre faut vraiment faire quelque chose contre les vagues de bots
    29 Janvier 2019 à 21:20:22
  • Alchimiste: Malheureusement je ne peux pas delete les spams qui sont dans la section [Recrutement]
    27 Janvier 2019 à 16:58:59
  • Alchimiste: Il y'a beaucoup de pubs par contre
    27 Janvier 2019 à 16:56:37
  • Alchimiste: Bonne année à tous en retard !
    27 Janvier 2019 à 16:56:29
  • Les Fées Bohèmes: Bonne année!
    26 Janvier 2019 à 07:57:28
  • Oddie221: Bonne année à tous :)
    05 Janvier 2019 à 13:07:17
  • Les Fées Bohèmes: bonsoir à toutes et tous
    20 Décembre 2018 à 18:55:07
  • Oddie221: hello tout le monde
    27 Novembre 2018 à 21:17:27
  • teka che: salut à tous je suis du Mali et c'est un ami qui m'a indiqué ce forum  je voulais qu'on m'aide pour un logo s'il vous plaît c'est urgent
    12 Novembre 2018 à 23:16:36
  • teka che: salut
    12 Novembre 2018 à 23:12:41
  • KingMcSokar: [y€s]
    13 Octobre 2018 à 13:17:22
  • Oddie221: coucou
    07 Octobre 2018 à 12:12:33
  • noway: bonsoir à toutes et tous
    01 Octobre 2018 à 19:03:34
  • setsuna93: Sa doit bien faire 2 ans que je ne suis pas revenue ici :s...
    25 Septembre 2018 à 23:41:48

Recent Posts

transparence par buffalo
[21 Avril 2019 à 15:44:15]


Logo pour le pull d'un BDE par Masa
[16 Mars 2019 à 22:28:52]

Votre avis m'intéresse

Démarré par noway, 29 Octobre 2009 à 23:37:51

« précédent - suivant »

noway

Toujours en quête de commentaires ^^

Chapitre IX

Une vache pissait une pluie fine et insidieuse qui gelait jusqu'à la moelle le quidam lambda, regrettant ce parapluie fluorescent qu'il n'avait osé prendre en sortant. Certains naïfs tentaient de courir entre les gouttes, d'autres, poètes dans l'âme et con dans le fond, ralentissaient la marche, profitant de l'ondée pour se ressourcer et entretenir une pneumonie galopante.

Antoine Anciaux, semblait évoluer en toute transparence. Personne ne croisait son regard, on ne le calculait pas. Il arborait un pas rapide et faussement décidé. Pour peu que quelqu'un ait pris garde à cet individu, il aurait sûrement ressenti une sensation désagréable comme seul le visionnage d'un épisode de Sous le Soleil peut procurer. Mélange subtil entre la nausée et l'envie de se balancer au bout d'une corde. Antoine suintait le malheur par tous ses pores. Ses petits yeux de cocker semblaient implorer la caresse tandis que sa bouche à la lippe proéminente se tordait dans une douleur muette comme s'il avait souffert d'un couteau planté entre les omoplates. Sa main droite, plongée dans la poche de son imperméable, disputait une partie de boules sur son mini-billard pubien tandis que sa gauche semblait vouloir dissimuler quelque chose de mystérieux. Il pressa le pas davantage encore, ersatz de ces sportifs crétins qui, au-delà du pléonasme, poussent l'imbécilité jusqu'à courir sans courir, forçant ridiculement une cadence de manchot pisté par un épaulard.

Lorsqu'il parvint enfin devant la porte de son immeuble, il dû faire le sacrifice de son massage testiculaire afin de composer le code d'entrée. Douce analogie de notre système politique où, même si elle passe son temps à se branler, il arrive que la gauche se mouille tandis que la droite conserve ses positions confortables. Une fois qu'il eut ôté son vêtement mouillé et chaussé des charentaises confortables quoique passablement moches, Antoine entreprit de compulser les journaux qu'il venait de rapporter. Un pan entier de sa chambre à coucher était désormais recouvert de coupures de presses et d'illustrations du Royal Windsor défiguré. Il déplorait le fait que l'affaire se tassa progressivement. Quelques rares journalistes s'accrochaient encore épisodiquement à l'événement mais l'on sentait bien que l'attrait des premiers temps s'étiolait aussi vite que l'innocence d'un enfant franchissant les barrières de Neverland. Bientôt, on ne parlerait plus du tout de son œuvre et cela l'attristait.



Au même moment mais pas au même endroit, à plus ou moins cinq minutes à vol d'oiseaux pas trop fainéant, un puissant homme d'affaire pénétrait le hall d'un luxueux restaurant. Il était vêtu tout de noir, comme il est de bon ton chez les magnats, les corbeaux et les endeuillés. Les rares cheveux qui fleurissaient encore sur son crâne en obus semblaient avoir été peignés avec toute la sagesse de l'homme qui souhaite masquer une calvitie odieuse. Du bout des lèvres, il lâcha son nom au pingouin emmanché qui s'était précipité ventre-à-terre vers lui.

- Edgard Dubreuil. J'ai rendez-vous avec vous-savez-qui.

- Certainement. Monsieur est déjà là. Si Monsieur veux bien se donner la peine. Je vais conduire Monsieur à sa table, susurra l'obséquieux.

Ils traversèrent la salle, l'un rampant, l'autre pédant, sans se préoccuper des bâfreurs distingués entretenant leur cholestérol comme les enfants somaliens leur dysenterie. Le loufiat s'arrêta devant une table derrière laquelle trônait un type gras. Après moult courbettes, il laissa les deux intrigants et s'en fut présenter sa langue à d'autres culs pompeux.

- Mon cher Edgard, je vous en prie goûtez donc ce nectar. C'est un Château Mouton-Rothschild de cinquante-sept. Une pure merveille.

- Je reconnais bien là votre bon goût mon cher Niels, répondit le Men In Black.

Portant le verre à ses lèvres, il feignit d'apprécier tout le potentiel gustatif du divin breuvage. Il n'était pas de bon ton d'avouer qu'il détestait le vin bien plus que la techno-transe. Faux-cul jusqu'au fond du slip, il soupira d'aise en reposant le graal sur la nappe immaculée.

- Où en sommes-nous donc, mon cher Niels ? Du nouveau sur le responsable de l'attentant ?

- Ce péquenot ? Mais cela fait belle lurette que nous l'avons identifié. Il est aussi discret qu'une verrue sur le front de la Princesse Mathilde ! Non, croyez-moi sur parole, ce type est insignifiant.

- Mais l'opinion ne va-t-elle pas finir par gronder si l'enquête n'aboutit pas ?

- L'opinion?, s'esclaffa le pansu.

- Et bien oui, le peuple quoi.

- Des moutons, tous des moutons. Juste bon à se faire tondre. Ne vous inquiétez pas tant pour le peuple que pour vos propres intérêts.

- Je ne vous suis pas bien.

- L'argent ! Voilà le seul maître-mot.

- L'argent ?, répéta le psittacidé.

- Il y a tout un tas de pognon à se faire avec cette histoire d'attentat. La psychose est notre meilleure alliée. Connaissez-vous les caractéristiques de la psychose, Dubreuil ?

- Pas vraiment.

- Moi non plus, je dois bien l'avouer. Mais je sais en revanche qu'un peuple confronté à une situation de crise est capable de tout accepter, y compris l'inacceptable. Ou ce qu'il peut concevoir comme tel. Un des symptômes de cette pathologie est particulièrement intéressant : les idées délirantes.

- Je ne vous suis toujours pas plus, Niels, pataugea le largué.

- Les idées délirantes peuvent avoir des thématiques variées : érotomanie, sentiment de grandeur, filiation,... Mais aussi délire de persécution. Et c'est là que nous intervenons. En entretenant la peur dans l'esprit des belges, nous relancerons l'économie militaire. La Fabrique Nationale, Dubreuil, voilà la corne d'abondance.

- La FN ?

- La FN. On entretient un état de psychose, le peuple balise et balance aux orties tous ces préceptes moraux. On crie « haro sur la baudet » et on fournit en armes et en munitions. La lutte contre le terrorisme, c'est le créneau porteur. Après, vient le partage des richesses. Les sources d'énergies. Les Américains l'ont toujours su. Ce n'est pas pour rien qu'ils sont la puissance militaire dominante dans le monde. L'OTAN est évidemment manœuvrée par les Etats-Unis, leur politique géostratégique n'a pour seul objectif que de garder le contrôle des ressources naturelles et énergétiques des pays occidentaux. Pour Gagner, mon cher Dubreuil, il faut savoir monter au filet. Or, il faut bien reconnaître que la politique belge s'est montrée plutôt frileuse ces dernières années sur la scène internationale. Depuis la mort de nos dix soldats au cours du conflit au Rwanda, le gouvernement a suivi l'avis de la population et nos interventions armées se sont faites discrètes dans les zones de combats.

- Que faites-vous de nos bombardements en Yougoslavie, de notre occupation du Kosovo, nos envois de troupes en Somalie ou encore au Congo ? Nous participons toujours à l'occupation de l'Afghanistan, nous avons eu des troupes au Liban dans le cadre de l'ONU, un détachement militaire au Tchad et même des instructeurs militaires en Irak.

- Il en faut plus, bien plus. A quoi nous sert d'engraisser, en nos casernes, des soldats qui ne combattent pas ? Nos interventions conséquentes sont devenues plus rare qu'un bon rôle pour Eddy Murphy. Si nous manœuvrons bien notre barque, le peuple lui-même nous suppliera d'aller au feu. Alors on aura pleinement gagné. Imaginez, Dubreuil, nos soldats présents sur chaque petit bout de terre où l'on se bat, nos armes fabriquées en séries, hélicoptères, chars d'assaut, avions de chasse. La FN embauchera, les belges seront ravis et nous, on encaissera. Croyez-moi, la peur est la mamelle de la guerre. Avec nos parts d'actions dans la Fabrique Nationale, on va se goinfrer.

- Cela n'est guère moral, Niels, hasarda Edgard

- La morale on l'emmerde. Ce n'est pas avec de la morale que je vais payer les opérations de chirurgie esthétique de ma femme, ni les études de mes mômes. Par contre, un attentat, c'est bien mais ce n'est pas suffisant. Il va falloir marquer davantage le coup. Je veux de la grosse panique, de la trouille qui transcende, de la peur qui pousse au conflit. Et pour cela, j'ai besoin de vous.

- De moi ?

- Vous allez m'organiser un second attentat. Quelque chose de grand, d'impressionnant. Une apothéose explosive digne des plus grands films de guerre. Je vous fais confiance. Après, il ne nous restera qu'à mettre cela sur le compte du terrorisme international et on pourra rapidement commencer à compter les biftons.

- Je ne suis pas sur de savoir faire cela, tenta d'objecter le couard.

- J'ai toujours cru en vous, Dubreuil, ne me décevez pas.

Le grassouillet mystérieux fit alors glisser une enveloppe vers son acolyte.

- Voici tous les détails pour le grand feu d'artifice. Le lieu, le moment, les contacts pour les explosifs. Tout y est détaillé. Un jeu d'enfant pour un type de votre trempe. Bon, sur-ce : mangeons. Cette discussion m'a mis en appétit.

Ainsi prit fin la mystérieuse entrevue entre deux comploteurs, des empêcheurs de pacifier en paix.

ilove-serpent


Valko

Commentaires laissés sur l'autre post...

:)

nabrass12

Bonjour,

J'ai une formation de lectrice-correctrice, alors si je peux aider...
J'ai parcouru le début de ton roman et je pense que tu as vraiment tes chances. J'ai lu des oeuvres beaucoup moins bien construites et qui ont été publiées...
Le problème c'est que dans l'édition, si tu n'as pas de relations, c'est loin d'être gagné !
Mais qui ne tente rien n'a rien alors accroche-toi !

noway

Merci pour cet encouragement. Cet ouvrage a eu droit à une petite autoédition bien sage et à un bon nombre de rejet éditoriaux. j'avoue ne pas l'avoir poussé plus que cela mais je vais le reprendre en main et l'étoffer un peu. Merci pour l'encouragement en tout cas.

Les Fées Bohèmes

J'aime bien la façon d'écrire, on sent le truc vivre...
Je voulais savoir si tu écrivais des contes?
Et que vive le Cirque!